Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La maison qui roule

La maison qui roule

Sur les routes à la recherche d'une vie nomade

Publié le
Une dame vraiment hors norme.

Sur le trajet du retour Limoges à Sainte-Gemmes-D’andigné, nous faisons connaissance avec Cathy, une très charmante dame qui malgré l’heure tardive “oui, oui 23h30“, l’endroit où nous faisons de l’auto stop et notre tenue vestimentaire un peu décalée par rapport aux citadins, elle nous prend en charge, malgré notre accoutrement, depuis Angers jusque Segré sans hésiter de parcourir quinze kilomètres de détour afin de nous déposer au plus près de notre maison qui roule, vu l’heure tardive à laquelle elle nous a embarqué, nous disons chapeau bas Cathy !!!. Elle nous invite à passer chez elle si notre itinéraire prévoyait un passage proche de Grez-Neuville. En consultant la carte, nous remarquons que Cathy avait raison, en passant par chez elle, nous nous rapprochons de la Loire, et donc après une concertation familiale, nous avons rapidement pris la décision d’aller la remercier à son domicile. Au moment où nous arrivons dans son domaine, elle devait s’absenter, en la croisant très brièvement, elle nous interpelle et nous explique que nous pouvons entrer dans sa demeure pour nous y réchauffer en attendant son retour, n’est il pas incroyable ! Une telle générosité ! Mais nous déclinons cette généreuse offre, nous préférons attendre son retour. Dès sa réapparition, elle nous invite à prendre le thé accompagné d’un excellent clafouti aux pommes, après notre régal, nous nous dirigeons vers notre petit havre, la maison qui roule, et vaquons à nos occupations, peu de temps s’écoule… Cathy vient vers nous pour nous convier à manger un repas montagnard, je vous le donne en mille, de la tartiflette, nous trouvons cela délicieux. Alexandra et moi, une fois le repas terminé, avons joué à des jeux de société que j’ai adorés. Le soir venu, l’heure de se coucher approche très rapidement, trop rapidement ! Le lendemain, nous voyons Cathy au moment où nous attelons nos trois gros nounours, qui doit quitter ce bel endroit pour se rendre à son travail ! Quant à Philippe, son compagnon, il s’applique à prendre quelques clichés de notre quotidien devenu plus que rare aux yeux des citoyens lahnda.

Bonne soirée Arthur.

Une dame vraiment hors norme.Une dame vraiment hors norme.
Une dame vraiment hors norme.
Une dame vraiment hors norme.Une dame vraiment hors norme.Une dame vraiment hors norme.

Voir les commentaires

Publié le
Rendez-vous terre de liens.

En chemin vers Segré, nous faisons halte juste après BOIS II, chez Mathieu et Anne, habitants de l’ancienne maison du garde barrière, ils viennent juste d’acquérir un petit bout de terrain bien vert le long de l’ancienne voie ferrée, un hectare, largement suffisant pour accueillir nos gros pour une nuit. Les enfants du couple sont ravis, quelle aubaine, des chevaux chez nous, on va pouvoir grimper sur leur dos ! On nous invite à partager le diner avec eux. Après une bonne nuit de repos, une douche nous est proposée précédé d’un copieux petit déjeuner. Bien sûr, nous ne refusons rien, ce sont des moments forts en partage ! Arrive vite l’heure de se séparer, nous sommes attendus plus loin… Un peu avant quatorze heures, nous arrivons à Sainte-Gemmes d’Andigné où Sandrine et Philippe, membres du réseau Accueil-Paysan, nous reçoivent comme il se doit. Nous y resterons cinq jours. Lundi matin, Harald et Arthur filent jusqu’à Limoges en covoiturage pour un rendez-vous fixé avec Terre de Liens, et s’offre le luxe de revenir à la maison qui roule en TGV, une aventure qui finira chez CATHY et PHILIPPE, une grande histoire. Alex en profite pendant ce temps pour se lier d’amitié avec Amélie, un des enfants de la maison, du même âge qu’elle. Amélie et Alex partagent la même passion : les animaux. Elles ont toutes deux des poules, des lapins et des chevaux. Amélie a également un âne et une chèvre. Quant à moi, l’opportunité de faire tourner des machines de linges s’offre à moi. Chouette, les draps de lit et les jeans ! Bien plus sympas et toujours plus facile qu’à la main. Je rencontre beaucoup de gens très sympathiques, à la recherche de produits frais, de produits Bio grâce à l’AMAP qui se réunit à la ferme tous les lundis. Nous avons également pu goûter aux produits vendus directement à la ferme : le lait, le beurre, le fromage, le fromage frais, le riz au lait chocolaté et même de l’entremet. Quel délice !!! Il est déjà temps de se quitter, les jours passent très vite et l’hiver arrive à grand pas. Nous reprenons notre chemin vers de nouvelles rencontres. A bien vite, Béa

Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.
Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.
Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.
Rendez-vous terre de liens.Rendez-vous terre de liens.

Voir les commentaires

Publié le
Belles rencontres !

Suite à une courte discussion avec la caissière d’un Gamevert, nous prenons la direction du petit bourg e La Meule afin de rencontrer un éleveur de percherons, le père de la responsable du rayon équin du magasin. Malheureusement, cette personne étant absente lors de notre passage, nous continuons tranquillement notre chemin. Bien plus tard une voiture nous dépasse et s’arête quelques mètres plus loin, l’occupant nous regarde avec grand intérêt sans rien dire. Il reprend sa route et s’arrête à nouveau, le brave homme nous interpelle et nous stoppons nos braves. C’était l’éleveur qui avait entendu parler de nous et était venu à notre rencontre. Après quelques bavardages échangés, nous faisons connaissance avec Léonie qui, ayant remarqué notre arrêt au coin de sa demeure, elle est venue nous apporter un bon café bien chaud. Quel bonheur ! Nos chevaux commençant à fatiguer, nous l’interrogeons concernant un morceau de prairie pour la nuit. Léonie tel LUKY LUKE dégaine son téléphone, remue ciel et terre, pour finalement nous propose de poser notre roulotte au bout de sa cours bordée d’un majestueux étang, et pour nos gros, le morceau de champs resté en friche dans le pré voisin, l’agriculteur lui ayant donné son accord. Pendant l’installation de notre campement pour la nuit, nous faisons connaissance d’Anthony, d’Alyson et de Maxence. Cette famille nous propose de partager le repas du soir avec eux, au menu : une raclette ! Ce fut un vrai délice, de vrais moments d’échanges pendant lesquels nous avons découvert que nous étions dans le plus petit village de France ayant son cinéma. Après un bon petit déjeuner et une bonne douche, nous prenons congé de nos amis et prenons la route vers le sud. Vers la fin de journée, nous sommes interpellé par Claude et son fils, intrigués par notre convoie mais émerveillés par la pratique de notre art, faisant lui-même régulièrement de l’attelage avec ses traits bretons. Il nous accueille dans sa ferme et, après l’avoir informé du besoin de fers pour nos équidés, Claude nous communique le numéro d’un maréchal habitant pas trop loin de MONTJEAN. Contact est pris avec Roland, il passera nous voir lundi. Nous resterons donc sur place jusque là, deux jours de repos pour nos gros, ce ne sont pas eux qui vont se plaindre. Finalement, mardi nous prenons la route vers SIMPLE à la rencontre de Roland qui n’a pas pu passer le jour précédent faute de temps. Nous sommes accueillis sur la place de la mairie, Roland ce maréchal de talent à tout organisé : il a pris les chevaux dans son pré derrière sa maison, il nous a réservé du bois de chauffage, quelques salades et des potirons, des pommes de terre et des topinambours. Quelle générosité, quelle gentillesse ! Bisous à vous tous, Béa

Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !
Belles rencontres !

Voir les commentaires

Publié le
Une nouvelle venue!

Bonjour, à la veille de notre départ de Domfront, Sarah, une jeune photographe belge, rêvant sans doute comme tous les jeunes de son âge, d’une soif de liberté improvisée et d’un mode de vie et de déplacement atypique, nous rejoint en vue de voyager avec nous pendant deux jours afin de réaliser quelques clichés d’un nomadisme peu répandu pour le mettre à profit d’un mémoire de fin d’études. Au premier levé du jour en notre compagnie, alors que nous rassemblons nos affaires et que nous pansons nos gros, elle débute une séance photos, jusqu’à notre départ. A peine avons nous parcouru deux kilomètres, que Maman nous dépêche Alexandra pour nous informer d’une erreur d’itinéraire, assez rapidement papa négocie un demi-tour sur une voie très étroite, je dois, tout comme un policier, faire la circulation, remarquant son objectif braqué vers moi, je prends un grand plaisir à maintenir la pose. Adèle, absente au moment de notre départ, nous rattrape grâce à la piste de nos gros poucets, des crottins tout frais. Papa s’arrêta aussitôt qu’Adèle est en vue et nous avons pu nous dire au revoir et remercier dignement notre hôte. Comme je tiens les gros, non loin de nous, je remarque des travaux nous obligeant à passer dans le centre-ville de Domfront. Sur la route de nombreuses rafales photographiques se succèdent, Sarah prend des clichés de papa qui mène l’attelage, à travers le rétroviseur à peine débué. Au bout d’une quinzaine de kilomètres, le repos est mérité pour nos gros, on trouve une parcelle d’herbe bien verte à vendre dans un lotissement. Une fois les chevaux posés, je cherche une grosse branche pour faire la cuisine au feu de bois comme à l’accoutumée, pendant que Sarah fait encore des photos de moi lorsque je suis appliqué dans mon sciage au risque de me déconcentrer. Pendant ce temps, papa va demander de l’eau à la dame d’en face et discute un moment avec cette personne, il revient et me dit qu’elle est patronne d’une pizzeria, je lui réponds que je serais content qu’elle nous offre une pizza, papa retourne parler à cette dame, aussi tôt il revient et me répète qu’il faudra que je sois réveillé à vingt-deux heures trente pour récupérer une pizza campagnarde. Papa et moi, pour le repas du soir, avons concocté une délicieuse soupe de poireaux avec des coquillettes. Le lendemain, réveil tardif, nous reprenons la route, vers midi, nous réchauffons la fameuse pizza reçue la veille à vingt-deux heures trente et la partageons entre nous cinq ! Direction Brecé où nous trouvons repos dans une belle pâture. Sarah nous informe qu’elle partira le demain matin à neuf heures en covoiturage vers la Belgique.

Bonne soirée Arthur

Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!
Une nouvelle venue!

Voir les commentaires

Publié le
La Touche “bio“

Bonjour les amis,

Nous venons de faire dix jours de WWOOFING chez Adèle et Tanguy, je vous conseille d’y aller c’est une famille super ! Dans leur ferme bio de LA TOUCHE, nous avons ramassé quelques centaines de kilos de pommes qui vont se transformer en cidre ou en calva hummm délicieuse boisson à consommer avec modération mais aussi des pommes couteaux qui se mangent au pied de l’arbre ou en compote et autres tartes et j’en passe…, sans oublier des noix qui se sont transformées en pain aux noix ou encore en tarte elle aussi, je me fais plaisir de vous en donner la recette : un fond de tarte en pâte brisée (inutile de vous en donner la recette, elle est si simple que tout le monde peut la faire…) par dessus cette préparation finie, mettez une bonne couche de noix cassées, couler sur les noix une généreuse couche de lait concentré sucré ensuite mettez au four à deux cents degrés, surveillez la cuisson, dès que c’est bien brun , c’est prêt, si vous aimez le caramel nougatine, laisser un peu plus longtemps au four ! Un vrai délice…

Avec Tanguy, je me suis replongé dans la traite de vaches, oui, vingt-huit laitières bio, le lait mis en cop bio pour confectionner un fromage que je vous recommande, de l’entrammes il se consomme jeune, mi-vieux, vieux ou encore aromatisé au carvi, nous avons aussi transformé le lait en yaourt, en crème fraiche épaisse et en beurre doux, demi sel et au sel, la vrai vie sans stress quoi !

Lors de nos nombreux temps libres, Arthur et moi avons refait une nouvelle capote pour la calèche, mais aussi refait une pièce de cuir sur mesure pour la têtière de notre gros UBAC.

Il y a deux jours où nous avons transformé de grosses boules de foin en petits ballots carrés pour une de leur amie qui élève des chevaux, après nous avons également transformé de grosses balles carrée de paille en petites bottes de dimensions bien précises pour de l’éco construction, voilà une expérience qui nous a bien plue…

Bonne soirée, Harald.

La Touche “bio“
La Touche “bio“La Touche “bio“
La Touche “bio“La Touche “bio“
La Touche “bio“La Touche “bio“La Touche “bio“

Voir les commentaires

Publié le
Une tribu en or !

Bonjour,

Vendredi fin de journée dès notre arrivée dans la ferme bio de Tanguy et Adèle, nous avons fais connaissance d'une tribu extraordinaire, avec qui nous avons ramassé des pommes pour la confection de cidre et de calva. Ils sont parti ce lundi, cette rencontre fut de courte durée mais nous laisse de très bons souvenirs, originaire de Haute-Loire, cette famille vit en auto suffisance sur leur propriété, ils ont décidé de s'offrir des vacances extra ordinaire depuis le mois d'août et jusqu'en fin novembre, ils voyagent de ferme en ferme comme nous en WWOOFING, nous espérons que nos routes vont encore se croiser.

Michel le papa, Valérie la maman, de la plus âgée au plus jeune: Janaomie, Manoane, Laureleï, Lenny, Misokie, Doniphane.

Nous vous faisons à tous un gros bisous, Harald.

Il y a des personnes qui marquent nos vies, même si cela ne dure qu'un moment.
Et nous ne sommes plus les mêmes.
Le temps n'a pas d'importance mais certains moments en ont pour toujours.

Fern Bork

Voir les commentaires

Publié le
Entre Louversey et la Suisse Normande

Bonsoir,

Voilà quelques jours que nous avons quitté Louversey, le pincement au cœur du départ s’est estompé, de splendides paysages s’offrent à nous en passant du département de l’Eure à celui du Calvados… quelques haltes dans de beaux villages où nous trouvons champignons et vesse de loup en pagaille, Orbec, Livarot, Vendeuvre, Bonnoeil, dont un tout particulièrement, qui a une place dans nos souvenirs, Le Billot ! Un point de vue extraordinaire dans un site dédié aux camping-car, là même où notre roulotte est restée en place une journée entière pour le repos de nos gros, de cet emplacement où nous avons contrasté avec le modernisme des véhicules à moteur tous plus gros les uns que les autres, nous avons fais de belles rencontres, tout en profitant de la vue qui s’offrait à nous de la fenêtre arrière de la maison qui roule. Sympathique endroit pour faire l’école en alternant Arthur et Alexandra, pendant que l’un buchait sur ses devoirs de mathématique, l’autre montait sur le dos de Vitavie. Les devoirs finis, les enfants prennent leur quatre heure, des fruits tombés sur une table à l’abri d’un gigantesque pommier, direction plaine de jeu sur un parcourt sportif, pour finir par l’éducation des chevaux au cours de laquelle nous avons fais connaissance de Hélène, la jeune fille au poney haflinger que nous saluons et remercions pour son soutien. Je vous laisse regarder les quelques magnifiques photos de paysages vallonnés et autre beaux arbres que je poste pour tous nos amis rencontrés sur le chemin.

Bonne soirée Harald.

Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande
Entre Louversey et la Suisse Normande

On peut faire très sérieusement ce qui vous amuse, les enfants nous le prouvent tous les jours...

Georges Bernanos

Voir les commentaires

Publié le
Endormi!

Bonjour,

Pour toutes celle et ceux qui ne savent pas que les chevaux dorment. Tôt ce matin j'ai surpris notre vieille endormie du sommeil d'un brave, les deux autres montaient la garde au cas ou un loup viendrait pour la dévorer et oui c'est comme cela dans la campagne de la suisse normande!

Bonne journée Harald.

Endormi!
Endormi!
Endormi!

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>

Catégories

Articles récents

Hébergé par Overblog